Retour à l'accueil
accueil renseignements diffusion
Recherche
avancée
 Numéro 72, Janvier 2010 
Les TIC comme compétence transversale en soins infirmiers Version Imprimable  Version imprimable


Margot Phaneuf, inf.  (Infiressources)

logo_infiressources
Le programme de formation en soins infirmiers comporte comme axe de développement certaines compétences personnelles telles que la capacité de bien communiquer et d’établir une relation aidante avec le malade (01Q5), des compétences professionnelles (01QF), et d’autres de nature sociale (01Q5), technique et organisationnelle (01Q4). Quelques compétences proposées dans ce programme couvrent les champs de diverses spécialités – par exemple, les soins de clientèles particulières, comme les personnes âgées (01QM), les enfants (01QJ), les nouveau-nés (01QH), etc. En revanche, dans ces compétences disciplinaires, on ne trouve aucune référence particulière aux capacités de l’étudiante de se situer et de créer dans un monde maintenant dominé par le numérique.




État de la question en formation infirmière collégiale

Les nouvelles générations d’apprenantes possèdent, il est vrai, un bagage d’expérience informatique plus important que celles qui les ont précédées. Toutefois, ces connaissances sont souvent limitées à certains de leurs champs d’intérêt personnels ou de leurs loisirs, tels que l’utilisation de certains forums pour clavarder, ou encore, la consultation de Twitter ou de YouTube ou les jeux en ligne. Bon nombre d’étudiantes ont déjà, au secondaire, fait des essais ou réalisé des projets demandant d’utiliser un traitement de texte ou d’autres programmes, ou de produire des illustrations avec PowerPoint.

soin_tic_1
Cependant, du côté des enseignantes infirmières, certaines questions se posent, car leur recours au matériel scolaire informatisé demeure relativement faible. Comme nous sommes toutes appelées à vivre dans le miracle numérique et que nos étudiantes y seront encore plus immergées que nous, il serait important que notre pédagogie renvoie à cet environnement facilitateur, afin de rendre leurs apprentissages plus attractifs tout en les habituant à travailler dans un monde de plus en plus informatisé.





Les besoins du milieu éducatif

Le monde de l’éducation, comme le reste de notre société d’ailleurs, est dans une mouvance technologique dont l’influence se fait sentir sur la formation et le travail1. Les études infirmières doivent s’adapter aux exigences du monde moderne, où la technologie se fait de plus en plus présente, elle aussi emportée dans la spirale du progrès informatique. Dans l’avenir, la quantité d’informations à traiter, les variables à considérer et les décisions à prendre seront telles qu’il faudra encore davantage de souplesse et d’adaptabilité face au changement et une plus grande facilité d’utilisation des technologies de l’information. Aussi est-il important de modifier nos habitudes pédagogiques pour intégrer, là où c’est possible, des stratégies porteuses, faisant appel à divers moyens informatiques.


Des clientèles étudiantes différentes et plus exigeantes

soin_tic_2Il nous faut aussi prendre conscience qu’aujourd’hui, nos établissements de formation infirmière reçoivent majoritairement des jeunes filles que l’on dit appartenir à la génération «Y», c’est-à-dire nées entre les années 70 et 90 et que l’on appelle aussi les «enfants du millénaire». Pour elles, l’apprentissage ne se fait pas de la même manière qu’autrefois. Elles sont habituées aux stimulations diverses et constantes que leur procurent les jeux vidéo, Internet et tous ses attraits, de même que le cellulaire, dont elles ne peuvent se départir et dont les messages textes mobilisent tant leur attention.

Nous avons actuellement, dans notre milieu de travail, quatre générations d’infirmières : la génération d’avant-guerre, née avant 1945, les baby-boomers, nées de 1945 à 1961, la génération X, née entre 1962 et 1976, et la génération Y, née entre 1977 et 1989.


Pour ces étudiantes, un livre, une salle de cours peuvent être mortellement ennuyeux si l’enseignante n’a pas prévu d’adapter sa pédagogie à leurs besoins et à leurs préférences. Toutes les sollicitations de leur environnement «jeune» les ont habituées à vivre le quotidien sur un mode intense qu’elles cherchent à retrouver en classe, sans quoi elles s’ennuient et décrochent. Nettement plus à l’aise avec les technologies de l’information que les générations précédentes, ces étudiantes ont besoin, pour s’épanouir et donner sens à leurs apprentissages, de trouver dans leur programme d’études des moyens de stimuler leur intérêt, de conserver leur attention, c’est-à-dire des outils de création et de communication à leur mesure. Elles aspirent aussi à trouver dans leurs cours un nouveau rapport au savoir, une pédagogie qui leur propose des projets dynamiques, des méthodes interactives, des illustrations parlantes et une implication personnelle motivante, bref, toutes ces choses que la technologie numérique peut leur offrir.

Un programme de nature socioconstructiviste et une approche axée sur ces savoirs d’action que sont les compétences constituent des bases qui devraient nous orienter vers des activités de développement de l’autonomie, de la communication, de la collaboration entre pairs et de la facilitation d’insertion des futures infirmières dans la société de leur temps. Les stratégies numériques, utilisées à bon escient, sont des supports médiateurs intéressants pour ce type de pédagogie renouvelée. «D’ailleurs, tous les programmes de formation collégiale (pré-universitaires et techniques) comportent des compétences ou des objectifs ministériels liés à l’utilisation des TIC : savoir chercher l’information, savoir la traiter et la présenter tout en respectant les normes reliées à la citation des sources, et savoir communiquer et collaborer à distance, tout cela fait partie d’habiletés que nos jeunes doivent maîtriser avec aisance2


Les besoins des milieux de soins

Les milieux de soins suivent eux aussi l’évolution technologique. De nombreux outils informatiques ont été développés, par exemple, pour l’inscription des données d’observation du malade et des notes d’évolution au dossier, pour le plan thérapeutique infirmier (PTI), les requêtes et résultats de laboratoire, pour les ordonnances médicales et la pharmacie, pour la gestion des civières et des soins des malades à l’urgence, de même que pour des suivis de diverse nature. Là aussi, la présence d’une jeune génération plus familière avec l’ordinateur impose certaines exigences, surtout pour la préparation clinique des étudiantes. Il faut non seulement leur donner la possibilité d’exercer leurs capacités existantes, mais aussi leur fournir, dès la formation, l’occasion de se familiariser avec les programmes de soins et les appareils programmables du milieu hospitalier, de façon qu’elles soient à l’aise sur le plan technologique au moment de leur arrivée sur le marché du travail.

Elles seront alors au coude à coude avec des infirmières d’autres générations qui ont des préoccupations et des capacités différentes ainsi qu’une expérience déjà acquise de l’environnement technologique du milieu, mais dont le niveau de maîtrise de l’informatique est peu élevé3. Pour la première fois se retrouvent en même temps, dans les services, quatre générations d’infirmières ayant des expériences personnelles et professionnelles distinctes. Nos jeunes diplômées de la génération «Y» auront moins de pratique clinique, mais elles seront plus familières avec les appareils numériques et l’utilisation de l’ordinateur. Elles seront ainsi plus adaptées à leurs fonctions de travail.


Des inconvénients de taille

soin_tic_3Plusieurs difficultés se dressent sur la route de l’intégration des TIC à la formation infirmière. Il faut reconnaître le traditionalisme d’une discipline majoritairement féminine où les enseignantes doivent répartir leur temps entre la salle de cours, les laboratoires pratiques et les milieux de soins. Ces derniers, qui accaparent déjà une large part de leurs efforts pour se tenir à jour sur le plan disciplinaire, leur laissent moins de temps pour l’évolution sur le plan numérique.

Il faut aussi penser que le corps professoral en soins infirmiers connaît un fort roulement et que de nouvelles enseignantes peu rodées au milieu pédagogique arrivent constamment dans les rangs. Leur adaptation aux exigences de l’enseignement et du milieu clinique mobilise beaucoup de leur temps. D’ailleurs, la lourdeur d’un programme déjà surchargé constitue une autre difficulté à considérer.


De plus, la poursuite d’un programme axé sur les compétences a fortement mobilisé les enseignantes en soins infirmiers, qui ont mis beaucoup de temps et d’énergie à se familiariser avec cette approche, délaissant ainsi forcément les TIC. Mais pour correspondre aux attentes des devis ministériels, pour former les élèves à une plus grande maîtrise des technologies, pour répondre aux besoins de recherche, de traitement et de communication de l'information dans le réseau collégial, le Profil TIC et informationnel des élèves devient essentiel4.


Des interrogations nécessaires

soin_tic_4Étant donné les besoins des étudiantes en soins infirmiers et ceux des milieux où elles seront appelées à travailler, il faudrait nous interroger : quel profil TIC de sortie serait souhaitable pour elles, c’est-à-dire, de façon minimale, que devraient-elles savoir à la fin de leur formation? Ce questionnement devrait même faire l’objet d’une réflexion plus large à l’échelle de l’ensemble des collèges. Certains d’entre eux intègrent déjà plusieurs apprentissages TIC, mais lesquels? Et jusqu’à quel niveau de compétence sont-ils poursuivis? Il serait intéressant de le savoir afin de planifier une description utile pour l’ensemble des collèges qui offrent l’option en soins infirmiers. Nous donnerions ainsi à nos étudiantes l’accès aux compétences TIC retenues pour le collégial, tel que le montre le tableau 1. Pour des informations utiles à ce sujet, consulter Le modèle de plan d’intégration des TIC pour le réseau collégial5.



profiltic.cmap


Il faut aussi que la question des habiletés d’utilisation des technologies de la communication se pose pour les enseignantes de notre discipline, afin de prévoir une formation adéquate et standardisée à travers les collèges.


Des voies de développement intéressantes

Les mesures d’encouragement à l’intégration des TIC sont nombreuses dans le monde pédagogique au Québec et nos collèges offrent plusieurs ressources dans ce domaine. Par exemple, des cours sont organisés localement ou à travers l'Association pour les applications pédagogiques de l'ordinateur au postsecondaire (APOP), qui a pour mission de contribuer à construire un réseau éducatif de qualité et d’aider les enseignants et enseignantes à avancer «dans le déploiement de l’éducation avec le numérique et au numérique6».

soin_tic_5
Tableau 1. Ce tableau offre un exemple de développement d’une des habiletés proposées dans le Profil TIC des étudiants du collégial
développé par le Réseau des répondantes et répondants TIC.


Il existe dans chaque collège un conseiller ou une conseillère pédagogique qui a pour mandat d’orienter et d’assister nos enseignantes dans leur évolution en technologie. On trouve de plus, sur place, des techniciens et techniciennes chevronnés formés pour procéder à l’installation des divers programmes fournis par les établissements ou apporter leur aide technique. Toutes ces richesses sont à notre portée. À nous d’en profiter!


L’aide à l’introduction des TIC en pédagogie

Actuellement, le ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport (MELS) met fortement l’accent sur l’introduction des TIC dans les divers enseignements, et les soins infirmiers ne font pas exception. L’orientation et les encouragements sont clairs, et le soutien nécessaire à ce passage vers une plus grande utilisation du numérique est fortement étayé par divers projets bien structurés. L’aide à l’introduction des TIC en pédagogie vise à faciliter l’apprentissage de leur utilisation en même temps que l’apprentissage au moyen des TIC, c’est-à-dire la recherche d’informations, la connectivité entre les apprenants et les enseignants, l’organisation et la présentation des contenus, etc. Cette orientation s’appuie sur les travaux du Réseau des répondantes et répondants TIC (REPTIC), qui nous offre un espace adapté de formation en ligne7.

soin_tic_6D'ailleurs, de nombreuses ressources sont mises à notre disposition par ce réseau, qui, à partir de plusieurs autres projets phares soutenus par le MELS, oriente le personnel enseignant du collégial vers le développement d’une communauté de pratique portant sur les technologies de la communication. 

Le profil TIC des étudiants du collégial «propose le parcours qu’un étudiant suivra pour parvenir à un niveau requis de maîtrise des TIC, ainsi que les procédures et les outils pour mener à terme une recherche documentaire». … Il inclut «le descriptif de la mise à niveau des étudiants lors de leur entrée au collégial». … Il mentionne aussi que « … la possibilité d’un examen d’entrée, d’un atelier ou d’une session de mise à niveau sont (sic) envisageables (sic)8». De son côté, le site Web InukTIC9 met en ligne les ressources permettant de développer les habiletés contenues dans le Profil TIC des étudiants.

Une autre ressource exceptionnelle est «SavoirFaire TIC, un outil diagnostic pour identifier les besoins de formation TIC du personnel enseignant». Il s’agit d’un site Internet «initié (sic) par le ministère de l'Éducation, du Loisir et du Sport (MELS), qui permet au personnel enseignant de faire un bilan de ses compétences TIC et d'accéder à un plan personnalisé de formation10». Les énoncés de l'autoévaluation figurant dans SavoirFaireTIC reposent sur les données du «référentiel de compétences technopédagogiques destiné au personnel enseignant du réseau collégial», de Bérubé et Poellhuber (2005)11. Il est particulièrement inspirant pour cerner les diverses compétences que nous devrions développer dans un contexte où les technologies de la communication sont omniprésentes.

Pour ce qui est des ressources d’apprentissage et d’enseignement, elles nous sont fournies par Eurêka. «Le projet Eurêka est une initiative de la Vitrine Technologie-Éducation dans le cadre d'un projet de coopération Québec-Wallonie-Bruxelles. Il offre un catalogue collectif de ressources d'enseignement et d'apprentissage rassemblées par divers organismes œuvrant dans la production de ressources éducatives TIC12

Il existe aussi plusieurs autres sources d’information, dont le présent Clic, présenté sous format informatique et papier. Ce bulletin collégial des technologies de l’information et des communications est publié grâce à l'effort conjoint de quatre organismes québécois qui travaillent dans le domaine des TIC dans le milieu de l'enseignement postsecondaire13. Ces organismes sont le Centre collégial de développement de matériel didactique (CCDMD), qui fournit de multiples ressources de grande valeur14; le Cégep@distance, lieu idéal pour concilier la famille, le travail et les études, et où les apprenants peuvent étudier à l’endroit et au moment qui leur conviennent15; Profweb, le Carrefour québécois pour l’intégration des TIC en enseignement collégial, qui propose différentes sources d’information élaborées par des partenaires et qui permettent de soutenir la réflexion dans une démarche d’intégration des TIC16; la Vitrine Technologie-Éducation, déjà mentionnée, qui a pour mission de promouvoir et de soutenir l’intégration des technologies de l’information et des communications (TIC) dans l’enseignement17.

Tous ces projets démontrent la grande importance que le MELS accorde à l’appropriation des TIC par les élèves des différents programmes du collégial. Les travaux des organismes cités ci-dessus, dont les efforts concertés ont produit ces dernières années des outils et des ressources remarquables, en sont la manifestation évidente. Il nous revient de les explorer et de profiter de cette occasion : une formation de grande qualité à bon compte, et la chance d’enrichir notre répertoire de stratégies pédagogiques par des moyens innovants et attractifs.


Réflexion sur le profil TIC des étudiantes en soins infirmiers

soin_tic_7Pourquoi tant d’efforts pour l’intégration des TIC? Que faut-il prévoir pour la formation d’une infirmière? Quelles adaptations faudra-t-il apporter à notre enseignement? Tout cela demande réflexion. Pour amorcer ce questionnement sur les compétences que nous jugeons souhaitables à la sortie d’une formation en soins infirmiers, nous pouvons d’abord nous inspirer du Profil TIC des étudiants du collégial, mentionné plus haut. Mais il nous faut ensuite penser aux habiletés nécessaires en milieu clinique et nous demander ce qui serait le plus utile à nos diplômées : qu’est-ce que les milieux de soins attendent d’elles? Certaines habiletés nécessaires aux soins de santé sont identiques, ou à peu de choses près, à celles des autres programmes du collégial, mais d’autres doivent s’ajouter afin de bien préparer nos étudiantes à occuper leurs fonctions soignantes. L’évolution des milieux hospitaliers, où la clinique est largement soutenue par la technologie, pose cette exigence et il importe que les diplômées développent les compétences voulues pour y travailler avec aisance et se servir de la technologie sans y être asservies18,19.

Voici quelques idées pour alimenter notre réflexion. Le tableau 2 n’a aucune prétention scientifique, il n’est pas issu d’une consultation et ne se veut pas un référentiel de compétences TIC. En fait, il s’agit d’une tentative de regrouper quelques habiletés intéressantes dans un profil étudiant. Parmi ces habiletés, certaines sont déjà maîtrisées dès le secondaire, mais demeurent à parfaire, alors que d’autres seraient à acquérir selon le parcours personnel des étudiantes. Cette liste n’est pas exhaustive et une réflexion partagée pourra permettre de la compléter et de la préciser.


Tableau 2. Suggestions pour une réflexion sur le profil TIC de sortie des étudiantes infirmières

 Habiletés
Cibles
 Applications pratiques
Utiliser un clavier d’ordinateur
Maîtrise des diverses fonctions. 
Mise en mémoire, suppression, copier-coller, soulignement, marges et interlignes, insertion de justification, de guillemets, de renvois, de zones de texte, etc.
Utiliser un traitement de texte
Rédaction de textes en respectant les règles de la grammaire et de la mise en page.
Rédaction de travaux scolaires, prise de notes. Utilisation d’un correcteur d’orthographe, etc.
Fabrication de tableaux, de statistiques, d’illustrations. Tableaux nécessaires pour des travaux scolaires ou des rapports de recherche. Insertion d’illustrations.
Utiliser Internet Recherches ordonnées, bien ciblées. Collecte d’informations pour les cours, élargissement des apprentissages.
Recherche des données probantes pour les soins. Collecte d’informations nécessaires aux soins ou pour effectuer une recherche.
Consulter les principaux sites d’information
 Consultation de dictionnaires en ligne, encyclopédies, traducteurs, sites de ministères, Santé Canada, etc.
Correction et enrichissement des travaux et des communications, collecte d’informations scolaires ou sanitaires.
Utiliser des périphériques Travail avec DVD, CD-Rom. Supplément d’information par le recours à la consultation d’autres documents ou programmes.
Utiliser un chiffrier Fabrication de tableaux, de statistiques. Tableaux nécessaires pour des travaux scolaires ou des rapports de recherche, pour se préparer à tenir son rôle de leader dans l’équipe de soins.
Préparer un PowerPoint Préparation d’une présentation, illustration d’un document. Présentation multimédia scolaire ou professionnelle.
Utiliser un programme pour faire des cartes, des illustrations et des dépliants Préparation de documents informatifs en milieu de soins. Enseignement aux clients, dépliants, affiches.
Utiliser un courrier électronique Communications scolaires.
Respect des règles de rédaction du courrier. Correction de la langue.
Communication entre pairs, encadrement en ligne par l’enseignante, transmission de travaux, d’informations, réception des corrections de travaux.
Participer à un forum Communications scolaires.
Participation citoyenne.
Communication entre pairs ou avec une enseignante, coopération, énoncé d’opinions.
Participer à un WIKI Ajout de ses connaissances à celles d’un groupe. Travaux scolaires, préparation à l’examen du droit de pratique, rapport de projet, rapport d’expériences de stage.
Utiliser le portfolio recommandé Consignation des travaux et corrections. Suivi et consolidation de ses apprentissages. Autoévaluation de son cheminement scolaire. Développement de sa métacognition.
Agir de manière responsable Respect des droits d’auteur.
Évitement du plagiat.
Préservation de son identité et des renseignements personnels.
Indication des sources. Interdiction du plagiat.
Évaluation sérieuse de ce qui peut être révélé de soi en ligne.
Utiliser les programmes informatiques en usage dans le milieu clinique Connaissance des fonctions des programmes. Lecture des informations inscrites, inscription des données pertinentes pour le malade, rédaction du plan thérapeutique infirmier (PTI), recherche des résultats de tests et examens, rédaction de requêtes.
Utiliser ses connaissances informatiques pour améliorer ses soins Consolidation et mise à jour de ses connaissances. Utilisation des données probantes, des planches anatomiques, des documents informatifs fournis sur Internet et provenant de sites responsables.
Utiliser les appareils informatisés en milieu de soins Familiarisation avec les moniteurs et autres appareils. Observation. Suivi clinique proposé dans le projet de loi 90. Surveillance des alertes. Prise des décisions qui s’imposent.


Conclusion

L’intégration des TIC dans l’enseignement peut se révéler inquiétante pour certaines, mais la nécessité, voire l’urgence de cet ajout, de même que la richesse de l’encadrement qui nous est offert, sont des mesures incitatives puissantes. Il ne faut cependant pas nier les efforts que cela pourra demander à celles qui ont des craintes, sinon des réticences à ce sujet. Plusieurs enseignantes n’ont pas eu l’occasion ou le temps de réaliser des apprentissages suivis dans ce domaine et la multiplicité des tâches qui leur incombent est énorme : enseignement au collège, enseignement clinique dans un milieu évoluant rapidement, études à l’université pour certaines et tâches familiales. Mais on n’arrête pas l’évolution d’une société, pas plus que celle du milieu de l’éducation qui en est le reflet. Certaines enseignantes on déjà fait l’expérience de projets exploitant avec succès les ressources du numérique. Si elles nous en font part, nous pourrons en informer nos collègues. Une idée partagée est déjà multipliée!

Les photos libres de droits sont tirées du site Fotosearch : http://www.fotosearch.fr



1 PROULX, Jean. Enseigner. Réalité, réflexion et pratiques, Trois-Rivières, Cégep de Trois-Rivières, 2009, p. 270-271.

2 PERREAULT, Nicole. InukTIC : exploiter les TIC pour apprendre (et prévenir le plagiat!), (En ligne) Bulletin Clic, nº 70, avril 2009. http://clic.ntic.org/cgi-bin/aff.pl?page=article&id=2126 

3 CURRAN, Christine, R. Faculty Development Initiatives for Integration of Informatics Competencies and Point-of-care technologies in Undergraduate Nursing Education, dans WEINER, Elisabeth E., ed. Technology : The Interface to Nursing Educational Informatics, Philadelphia, Saunders and imprint of ELSEVIER, Inc., 2008, p. 525.

4 DE LA DURANTAYE, Roger. Un guide pour l’intégration des TIC dans un programme, (En ligne) Profweb, 16 janvier 2008. http://www.profweb.qc.ca/fileadmin/user_upload/Dossiers/Dossier_Integration_TIC/dossier_plan_integration_TIC.pdf ou http://site.profweb.qc.ca/fr/dossiers/plan-d-integration-des-tic/etat-de-la-question 

5 BILODEAU, DE LA DURANTAYE, MARTEL (2007), Conception d'un modèle de plan d'intégration des TIC pour le réseau collégial : Le modèle de plan d’intégration des TIC pour le réseau collégial. (En ligne) http://cmartel.ep.profweb.qc.ca/PlanTic/EtatPlanTic070104.pdf

6 Association pour les applications pédagogiques de l'ordinateur au postsecondaire (APOP) : http://www.apop.qc.ca/

7 Réseau des répondantes et des répondants TIC (REPTIC). http://www.reptic.qc.ca/

8 GROUPE DE TRAVAIL DES REPTIC, «Profil de sortie TIC et informationnel pour l’ensemble des élèves au collégial : présentation, appropriation, validation», Cahier des REPTIC, 2007, 36 p.

9 PERREAULT, Nicole, et Philippe LAVIGUEUR. Profil TIC et informationnel des élèves et Projet InukTIC, des réalisations collégiales. Diaporama présenté aux membres du Réseau RESDOC en octobre 2007. www.ccsr.qc.ca/ccsr/article.php3?id_article=1177

10 Réseau des répondantes et des répondants TIC, Savoir-faire TIC – un outil diagnostique pour identifier les besoins de formation TIC du personnel enseignant. Dossiers 2009-2010. http://www.reptic.qc.ca/dossiers/diagnostic-tic-enseignants.html    

11 BÉRUBÉ, Bernard, et Bruno Poellhuber, Un référentiel de compétences technopédagogiques destiné au personnel enseignant du réseau collégial, (En ligne), 2005. http://eureka.ntic.org/file_download.php?lom_id=2761&filename=referentiel.pdf

12 Projet Eurêka : http://eureka.ntic.org/

13 Bulletin Clic, nº 71, octobre 2009. Renseignements : http://clic.ntic.org/cgi-bin/aff.pl?page=renseignements

14 Centre collégial de développement de matériel didactique (CCDMD) : http://www.ccdmd.qc.ca/

15 Cégep@distance : http://www.cegepadistance.ca/apropos/etudier.asp

16 Profweb : http://www.profweb.qc.ca/fr/en-savoir-plus/index.html 

17 Vitrine Technologie-Éducation : http://ntic.org/a-propos/

18 SMITH, C. «New technology continues to invade healthcare : What are the strategic implications/outcomes», Nurs. Adm. Q., avril-juin 2004, vol. 28, nº 2, p. 92-98.

19 WEINER, Elizabeth E. «Supporting the Integration of Technology into Contemporary Nursing Education», dans WEINER, Elisabeth E., ed. Technology : The Interface to Nursing Educational Informatics, Philadelphia, Saunders and imprint of ELSEVIER, Inc., 2008, p. 497-504.

Creative Commons License Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons. Dernières mises à jour : 02/12/2014