Retour à l'accueil
accueil renseignements diffusion
Recherche
avancée
 Numéro 42, Décembre 2001 
Chronique : comment j'ai attrapé les TIC Version Imprimable  Version imprimable
Nous publions ici les témoignages d'enseignants qui ont intégré les TIC à leur vie professionnelle. Ils ont tous animé des ateliers au dernier colloque de l'APOP.

Isabelle Laplante, Bibliothécaire  (Centre de documentation collégiale)



Mon expérience de l’informatique a débuté avec les CoCo2 et les TRS-80 en… 1980. J’avais alors 10 ans! Avant, il y avait bien eu la console de jeu « tennis », mais on parlait plus d’électronique, dans ce temps-là, que d’informatique ou d’ordinateur. Dès le début, j’ai fait de la programmation: du BASIC, puis du PASCAL avec les premiers PC (ordinateur personnel) de IBM en 1985. J’étais alors en troisième secondaire.

Ensuite, au cégep de Granby, je fréquentai UN laboratoire en libre accès. On empruntait le logiciel WordPerfect 4.2 (sur une disquette 5 pouces et quart) à la bibliothèque, on l’insérait dans une fente de l’ordinateur puis notre disquette de travail dans l’autre fente! J’ai eu, lors de ma formation collégiale, un cours d’initiation à WordPerfect, DBase et Lotus 1-2-3. J’avais toujours besoin d’aller plus loin, et j’ai même appris à « programmer » avec des feuilles de Lotus 1-2-3.

Au baccalauréat, à l’Université Laval, je courais littéralement d’un laboratoire à un autre, selon les heures d’ouverture et la disponibilité des postes, sillonnant le campus afin de « rédiger » mes travaux d’anthropologie; je n’ai jamais remis un travail dactylographié ou écrit à la main. Peut-être est-ce à cause de l’anthro-pologie, j’écris en quasi-hiéroglyphes!

Lors de mon voyage d’une année, sac au dos, à travers l’Europe, l’informatique m’accompagna toujours: j’avais préparé une liste d’endroits et de ressources qui pouvaient guider mon expédition.

De retour de voyage, j’ai été admise à la maîtrise en bibliothéconomie et sciences de l’information, à l’Université de Montréal. Je ne m’attendais pas à passer un test d’entrée sur le DOS! Dès ce moment, j’ai eu la révélation: oui à l’informatique, mais comme outil! Mes deux années de formation m’ont ensuite permis d’acquérir des connaissances et des compétences dans les applications en sciences de l’information, en archivistique, en bibliothéconomie, en veille informationnelle et en gestion de documents électroniques.

J’ai connu les Gopher dès septembre 1994 et j’ai vu ma première page Web contenant une image (elle avait pris 10 minutes à s’afficher), avec le navigateur Mosaïc, à l’automne 1994. J’ai écrit ma première page en 15 minutes, dans un éditeur texte, à l’été 1995. Dès lors, la cyber-vague déferla sur moi!

Mes trois premiers contrats de travail comme bibliothécaire dans des bibliothèques municipales, m’ont permis de profiter du FAI (Fonds de l’autoroute de l’information) pour planifier, mettre en place et former le personnel et les usagers qui désiraient utiliser Internet.

J’ai ensuite travaillé à la Vitrine APO, dans trois projets de bases de données accessibles dans le Web: Bibliothèque virtuelle de périodiques, ABC du Multimédia, Cours NTIC.

Depuis maintenant deux ans et demi, je suis bibliothécaire au Centre de documentation collégiale. Cette véritable bibliothèque m’a permis de pousser encore plus loin mes connaissances technologiques: numériser des documents, « brûler » des cédéroms, créer des fichiers PDF, développer l’interface de recherche du catalogue Web en mode client-serveur, utiliser les Javascripts tout en développant le site Web, intégrer des liens hypertextuels dans le catalogue, cataloguer et rendre accessibles des articles de revues numériques dans un catalogue de bibliothèque… Il n’y a pas à dire, je suis plus souvent branchée sur le serveur Web que sur l’unité de disque C de mon micro-ordinateur!

Dans mon cheminement, il y a une grande part d’auto-apprentissage, mais aussi de la formation continue en informatique, en biblio-théconomie et sciences de l’information. Je dis toujours que la meilleure place pour apprendre Internet est… dans Internet! J’utilise aussi des manuels papier; par exemple, l’été dernier, j’ai appris à utiliser les feuilles de style CSS dans mes divers projets pour le Web.

Pour moi, les avantages des TIC sont innombrables. Mon travail au quotidien se passe en mode « branché ». Mes collègues et moi sommes décontenancés quand le réseau fait défaut ou quand le proxy de l’accès à Internet « tombe ».


NDLR. Isabelle Laplante a animé l’altelier 703 « Branché sur la documentation en éducation » lors du colloque de l’APOP en mai dernier. Les actes de ces ateliers seront bientôt disponibles dans le site de l’APOP .

Creative Commons License Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons. Dernières mises à jour : 15/04/2014